Une femme de ménage dérobe pour 170 000€ de jeux de grattage

Un buraliste victime de sa femme de ménage:

Une femme de ménage dérobe pour 170 000€ de jeux de grattageNous avons pour habitude dans la rubrique des faits divers de tomber sur des histoires hallucinantes sur le thème de la loterie comme par exemple un chanceux qui gagne par deux fois au loto mais cette fois-ci l’histoire est un peu plus triste.
En effet, voilà comment une femme de ménage et sa fille qui travaillait chez leur patron un buraliste ont fait main basse depuis 2015 sur plus de 170 000 euros de préjudice en jeux de grattage Illiko de la Française des Jeux.
La mère et la fille ont été toutes les deux condamnées à une peine avec sursis de prison de 6 à 12 mois par le tribunal correctionnel de Versailles dans les Yvelines.
L’établissement où a eu lieu les larcins ce situe dans un tabac-presse à Élancourt.

Voici les faits qui remontent en 2015 :

Après un bilan comptable plutôt détaillé, le buraliste s’aperçoit que depuis 2015 une mystérieuse disparition a lieu dans son commerce de tickets de grattage de la FDJ sous la marque Illiko.
En l’absence d’effraction et de preuve le gérant se rend à la police pour signaler les faits.
Dans des affaires de ce genre, les premiers a être suspecté sont les employés alors ces dernières la femme de ménage ainsi que sa fille de 30 ans ont été entendu sans pour autant être mis en cause dans cette affaire.
Le patron a un gros doute au niveau de son personnel et avec l’accord de la Française des Jeux et des enquêteurs, il piège un jeu de grattage et le poisson a mordu à l’appât car la femme de ménage a été confondue et ce grâce à l’électronique et au système de vidéo surveillance qui on filmé la scène encaissant les gains dans l’un des commerces où elle a l’habitude d’aller encaisser les gains.
Autant dire que tous ces tickets gagnants représentés de belles sommes d’argent tous assemblés les eux aux autres permettant aux deux protagonistes de s’acheter des biens mobiliers ainsi que des produits informatiques et ménagers.
C’est dans un débit de boissons à proximité du commerce victime du vol que la mère et sa complice sa fille âgée de 30 ans encaissées les gains aux jeux d’argent issus des tickets gagnants.
Selon le gérant du débit de boissons la somme encaissée depuis 2015 avoisine les 100 000 euros pour une perte en jeux de grattage de 170 000 euros.
Les deux femmes ont été interpellées et placées en garde-à-vue Lors de leur audition, elles ont reconnu les faits, ce qui leur a valu d’être déférées jeudi 25 février au palais de justice de Versailles.
Elles ont aussitôt jugées en comparution immédiate et toutes les deux ont été condamnées a une peine avec sursis d’emprisonnement de 6 mois à 1 an et de 3 ans de mise à l’épreuve.
Il faut bien le reconnaître que les deux femmes ont été attirées par l’argent facile que procurent les jeux à gratter et encore plus lorsqu’il n’y a aucun investissement au départ.

Share This: